Accessoires du sambiste

Un article de Samba en France.

Jump to: navigation, search

Choisir une baguette de tamborim, la fabriquer, trouver le meilleur système pour porter confortablement son surdo, ... chaque sambiste a ses petites astuces que cette page vous propose de partager.

Sommaire

[modifier] Accessoires pour les tamborims

[modifier] Baguettes de tamborim

Une discussion avait eu lieu sur la liste samba-france, en voici une synthèse.

Actuellement on trouve des baguettes de tamborim souples — parfois appelées fouets — (tiges en polyacetal) avec les gouttes d'eau au bout pour 20 euros chez certains importateurs. On peut sinon les fabriquer soi-même (mais c'est très fastidieux), à l'aide de cette recette.

[modifier] Peaux silencieuses d'entraînement

S'entraîner en silence pour la technique du retourné n'est pas évident ! Il existe différentes techniques :

  • le rond de mousse (environ 4 à 6 mm d'épaisseur) taillé à la dimension de l'intérieur du tamborim, calé juste sous la peau : moyennement efficace, mais très facile à mettre et à retirer, bon marché (récup) ;
  • un morceau de tissu (un bout de chiffon en coton, par exemple) placé par-dessus la peau : moyennement efficace, moyennement facile à installer et à enlever, bon marché (récup) ;
  • une peau silencieuse faite d'une sorte de résille très fine, à la fois élastique et capable d'amortir les coups, que l'on monte à la place de la peau normale : très efficace mais comme il remplace la peau normale, cela nécessite un tamborim dédié. Ce genre d'accessoire se trouve dans certains boutiques spécialisées à Rio de Janeiro et à Paris notamment.

[modifier] Accessoires de portage

[modifier] Caixa, repinique

Sangle fine pour caixa/repinique
Sangle fine pour caixa/repinique

Modes de portage :

  • sur une épaule (traditionnel)
  • sur les deux épaules
  • à la taille (ceinture)

[modifier] Surdo

Modes de portage :

  • sur une épaule (traditionnel)
  • sur les deux épaules
  • à la taille (ceinture)
  • sur les deux épaules et à la taille (harnais)

Fixation du surdo sur la sangle :

  • sangle qui passe dans un ou plusieurs tirants du surdo
  • sangle avec mousquetons venant prendre un ou plusieurs tirants
  • sangle avec crochet que l'on passe sous un tirant

Ce genre de sangle a intérêt à être plus large et plus confortable que les sangles de caixa et de repinique, pour mieux répartir la plus grande masse du surdo...

Autre système : le(s) surdo(s) à roulettes ! :)

[modifier] Accessoires spécifiques au surdo

[modifier] Se protéger les genoux

Selon les écoles, on utilise :

  • un coussin fixé sur le surdo (de la mousse à matelas dans une housse en tissu)
    • avantage : l'instrument est disponible pour qui le prend, sans préparation particulière, permet de transporter des battes de secours, des baguettes et toutes sortes de choses plus ou moins inutiles
    • inconvénient : fabrication, fixation et entretien de la housse de la mousse, ne protège pas toujours bien du bas du surdo, alourdit le surdo, nuit peut-être à l'acoustique de l'instrument
  • des protège-genoux (style roller) éventuellement doublés de protège-tibias :
    • avantage : protection efficace contre les coups
    • inconvénients : pas toujours très esthétique sur un costume, on peut transpirer dessous

[modifier] Quelles battes utiliser ?

Mailloche semi-dure pour surdo de 1e et de 2e
Mailloche semi-dure pour surdo de 1e et de 2e

Les principaux types de battes :

  • moelleuses : plutôt pour les surdos de 1e (marcation)
  • semi-dures : plutôt pour les surdos de 2e (réponse)
  • dures : plutôt pour les surdos de 3e (variations)

[modifier] Fabrication de battes

Voici une méthode de fabrication proposée par Mestre Fabien de Nantes :

[modifier] Choix du manche (poids, diamètre, longueur,...)

Le mieux, c'est de l'alu épais. Un tube téléscopique à rideau de douche fait l’affaire (se trouve dans la plupart des grandes surfaces de bricolage, diamètre 19 à 20mm, longueur 2m, pour moins de 10€).

On peut aussi prévoir du "grip" pour le manche (attention aux frottements !). On peut essayer quelque chose style tresse pour guidon de vélo (guidoline). L'alu, sans grip, ça glisse avec la transpiration, mais en prévoyant une "boule" au bas du manche, on ne risque pas vraiment de perdre sa batte. Tant que ça glisse franchement, on ne se fait pas d'ampoules.

Note : on peut aussi utiliser des bois durs, comme le buis, qui résistent aux coups sur le cerclage du surdo et qui absorbent une partie importante de la transpiration. -- AlNo 11 mai 2007 à 11:50 (CEST)

[modifier] Choix du tissu (solidité, épaisseur...)

La "peau de mouton", choisie pour son effet sweetness pour les battes "marcation", a été achetée chez le Toto Solde (rue Crébillon pour les Nantais (ils n'ont pas ça dans l'autre.))

C'est du bon, bien solide, mais c'est cher (dans les 120 balles le mètre si je me souviens bien.) ? Le tissu utilisé pour mes battes "variation" est un tissu en coton choisi pour sa solidité et... sa disponibilité quand j'ai fabriqué ces battes ! Il faut quand même un truc solide pour ne pas que ça s'use le temps de le dire.

[modifier] Pour faire la boule et le support (lien entre le tube et la boule)

Mousse (type canapé), chambre à air - Pas trop épais de mousse (plus ou moins selon l'utilisation, variation/marcation), bien serrée, compactée.

A la place de la chambre à air, certains utilisent un bouchon de champagne : le but du jeu est d'avoir une boule, mais à mon avis aussi d'avoir du poids en avant...

Note : on coupe la chambre à air afin d’avoir un ruban de 2 cm de largeur pour l’enrouler à une extrémité du tube -- RepRouge

[modifier] Scotch

J'utilise ce que l'on appelle de l'élastomère auto amalgamant, ou du ruban auto soudable. Utilisé pour réparer les durites, tuyaux dans le cas des plombiers et pour isoler les raccords électriques par les électriciens, on trouve ça en grande surface au rayon bricolage (marque "plasto", emballages rouge et blanc, mais je n'ai jamais utilisé) avec les rubans adhésifs.

Pour moi, c'est le top du top pour les battes de surdo. Je ne connais rien de mieux en tous cas !

[modifier] Housses pour les instruments

Elles sont particulièrement utiles pour protéger l'instrument pendant son transport, non seulement des éventuels chocs mais aussi des variations brutales de température et d'humidité de l'air (c'est important pour les instruments à cordes (cavaquinho, guitare, etc.) ou les percussions montées en peaux animales, comme les surdos ou les cuicas). Les autres percussions comme les caixas ou les repiniques n'ont normalement pas besoin d'autant de précautions, bien que cela puisse s'avérer utile pour les trajets en soute dans les avions ou les autocars...

Les housses que l'on peut ramener du Brésil sont assez fragiles, notamment au niveau de la doublure intérieure (souvent d'un tissu très fin sur lequel s'accrochent les tirants métalliques des percus) et coûtent de l'ordre de 10 à 30 €, en fonction de leurs dimensions.

Pour les percussions, il est possible de se fabriquer sa propre housse en toile épaisse (jute, coton), en prévoyant une poche faisant toute la surface de la peau en haut et en bas, dans laquelle on pourra glisser une plaque de contreplaqué et/ou de moquette à grosses boucles pour mieux protéger les peaux.

Outils personnels